Des histoires pour vous

SITE OFFICIEL D’AUDREY DEGAL


8 Commentaires

Comment j’écris mes histoires ?

wpid-20150615_090429.jpg

Tout d’abord, voici mon lieu de travail. Pour une fois, il n’est pas trop encombré !

C’est sur ce clavier que je saisis mes textes : romans  et histoires destinés au site. J’ai la chance de travailler devant la fenêtre ouverte que vous voyez derrière  et je vois des arbres, des fleurs… Tout m’inspire !

Comment me viennent les idées de mes histoires ? 

Je dirais qu’elles arrivent de toutes parts. Où que je sois, tout m’interpelle, tout est prétexte à histoire. Une anecdote, un objet, une situation… et me voici partie dans un univers imaginaire où, intellectuellement je brode et déjà des personnages prennent vie. Rapidement j’entrevois une fin. On m’offre un cadeau bien emballé et, alors que je suis en train de l’ouvrir, mon esprit est ailleurs, à bâtir tout un univers autour du contenu que je ne connais pas encore, que j’imagine, suspect, dangereux, important pour ma destinée… Bien entendu, il n’en est rien mais souvent j’ai là, matière à écrire.

D’autres fois c’est quand je m’endors. Je réfléchis, je « pars », ailleurs, je créé ce qui n’existe pas… Bien souvent, je dois me relever pour noter mon idée car au matin, pftt… tout s’est envolé. Dans les salles d’attente, dans ma voiture, au guidon de ma moto, quand je marche dans la rue, sous la douche… TOUT peut potentiellement devenir une histoire !

Mon mari a aussi beaucoup d’imagination et parfois, souvent devrais-je dire, il me dit : « Tiens, j’ai une idée d’histoire ! ». Et il me la raconte. Si elle m’inspire je prends sinon je grimace. En général, les idées que je retiens sont, une fois que j’en ai fait des histoires, bien différentes de ce qu’il imaginait au départ mais c’est ainsi. Je dilate ses récits, j’ajoute ma touche… et lui-même est surpris du résultat final.

Comment me viennent les idées de mes romans ?

C’est un peu pareil  à part que je m’aperçois que le thème va me permettre de créer des digressions, des parallèles, des rebondissements… et que le tout ne peut développer toute sa saveur en quelques pages seulement. Des idées de romans, déjà organisées sur papier, j’en ai plusieurs et je me fais plaisir rien qu’à l’idée de les écrire. Ah si j’avais le temps ! Le temps est ce qui me manque le plus. Si j’en avais davantage, si je n’avais pas l’obligation de me rendre au travail je crois que j’écrirais facilement au moins un roman par an. Mais voilà !…

Quelques exemples :

Prenons l’histoire de la nouvelle intitulée « L’Ascension », qui était sur le site et qui a disparu depuis. Eh bien, j’étais en train de lire un livre quand je me suis dit que ce pourrait être une histoire que je lisais à une personne, laquelle serait dans l’impossibilité de le faire. Il me restait à trouver quelle histoire serait racontée. Comme j’adore la montagne et que les plus hauts sommets me font rêver, j’ai décidé que ce serait une ascension, au bout du monde.

Autre exemple, celui de mon roman, LE LIEN. Sur nombre de maisons ardéchoises de vieux clous rouillés sont figés sur les façades, parfois à l’intérieur. Je m »imaaginais les enlever, je me demandais pourquoi on ne les enlevait pas et je me disais, s’agissant de vielles demeures, que peut-être, derrière se cachait quelque trésor. Trésor m’a fait penser à caisse, caisse à cercueil, cercueil à mort et voilà,  j’avais trouvé le thème de mon histoire, de cette sorte de malédiction. Comme de surcroît, avec la crise on parle sans cesse de privilégiés, d’hommes politiques malhonnêtes et de petites gens qui peinent à vivre, j’ai puisé dans ce vivier pour donner corps à des personnages totalement opposés, ce qui fait que c’est au lecteur de trouver ce qui les relie. D’où le titre : LE LIEN. Quant à Shaïma, cette jeune femme magnifique aux yeux d’ambre, son prénom et sa beauté m’ont été inspirés par une élève si belle que je lui disais toujours : « Si un jour tu hésites pour faire un métier, pense aux agences de top modèles », car je vous assure qu’elle était belle à vous subjuguer. Aujourd’hui, Shaïma n’est pas top modèle et je crois que ma suggestion, elle l’a oubliée.  

Voilà chers lecteurs et chères lectrices. Il me tenait à coeur de vous dire ceci. Et je terminerai par ces remarques qui caractérisent ce que j’écris :

 – le suspense, le mystère et une pointe de fantastique et une fin détonante… toujours.

 – quant à la crainte de la page blanche, je n’ai jamais su ce que c’était ! Car la seule chose qui nuit à mon écriture c’est LE TEMPS comme je l’ai dit plus haut  et des idées d’histoires sous forme de notes j’en ai des centaines. Bientôt je vous dévoilerai le début d’une nouvelle histoire inédite. Il vous suffit de patienter !

Bonne journée, excellentes lectures et n’hésitez pas à laisser un petit commentaire. 

Publicités


6 Commentaires

« Central Park » Guillaume Musso

wpid-screenshot_2015-06-15-15-38-58-1.jpg

Alors que son dernier roman vient de sortir, j’ose vous parler de l’avant dernier. Oui, parce que c’est celui que je viens de finir. Et oui c’est encore Musso ! 

Voyez-vous ses intrigues sont prenantes et je me suis dit « j’en lis encore un ». Et puis, je l’envie, ce monsieur. Non parce qu’il sait écrire, ce qui est un fait, mais parce qu’il est connu et reconnu… Patience Audrey me dis-je, patience !…

Donc Central Park est un roman de 383 pages (mais comparé à mon roman Le Lien) le nombre de pages est identique (c’est une question de police de caractères et de mise en page). Force est de constater que l’on ne s’ennuie pas.

Dès le début de l’intrigue on se demande : « Mais comment sont-ils arrivés là ? ». La quatrième de couverture nous l’annonce pourtant mais il est vrai que deux individus, reliés l’un à l’autre, qui ne savent pas ce qu’ils font enchaînés en ce lieu, qui ont de surcroît des traces de sang sur leurs vêtements et des chiffres gravés à même la peau sur l’avant bras, c’est surprenant ! Et l’on se pique au jeu de piste que mène l’héroïne, officier de police.

Les analepses rhétoriques (retours en arrière) sont les bienvenues pour expliquer le passé de celle que nous prenons en affection, Alice. Les pointes de mystère sont aussi présentes avec le second personnage, Gabriel, flou, énigmatique, menteur, dont on ne sait si c’est pour la bonne cause ou pour mieux faire tomber Alice dans un piège qui semble l’attendre à chaque chapitre. 

Pour couronner le tout, un tueur en série vient jeter le trouble sur nos certitudes et l’on en vient à soupçonner un peu tout le monde : le père d’Alice, son coéquipier de toujours Seymour… Bravo Musso, c’est bien pensé !

L’intrigue emporte donc le lecteur sans aucune difficulté. Au fil des pages vous n’aurez de cesse que de finir le roman pour connaître la vérité, fort bien ficelée par Guillaume Musso, je dois dire. L’enquête est minutieuse, haletante, progressive. 

La seule – petite – ombre au tableau réside dans les pages qui précèdent le dénouement qui, s’il est d’une logique implacable, teintée de surcroît d’émotion, m’a quelque peu déçue. En effet, c’est à mon sens, un voile triste, presque sordide que Musso jette sur son histoire, à la manière de son premier roman Et Après. Le lecteur espère, espère encore et toujours mais… l’inespéré ne se produit pas.  Mais cela ne tient qu’à moi. J’aurais préféré une fin plus positive, moins dramatique… Je pense d’ailleurs que Musso l’a ressenti ainsi puisqu’il a ajouté un dernier chapitre, lequel atténue le sentiment négatif que j’éprouvais. 

En conséquence, je vous recommande la lecture de ce roman Central Park. Vous ne regretterez pas de vous y plonger et vous passerez d’agréables moments. 

N’oubliez pas que lire des livres délivre ! Alors lisez Musso ou mes histoires ou mon roman et le recueil de nouvelles que je m’apprête, sous peu, à publier ! 

Bonne lecture !


Poster un commentaire

J’écris VOTRE histoire.

JEU :

Et si l’on jouait !

Aujourd’hui, je vous propose d’écrire VOTRE histoire.

PRINCIPE :

Vous m’indiquez le début, quelques personnages, le lieu de l’action, l’époque, le problème rencontré par les personnage ou quelle quête ils mènent et le temps de laisser mijoter le tout dans ma tête, vous verrez fleurir VOTRE histoire sur mon site !

 

REGLEMENT A LIRE OBLIGATOIREMENT

CONDITIONS :

1) Vous devez OBLIGATOIREMENT suivre mon blog et pour cela être inscrit dans les « followers » (il y a déjà 90 personnes inscrites) ;

2) Vous devez POSTER UN COMMENTAIRE AU BAS DE LA PAGE « Informations » DU SITE. Dans votre commentaire, vous indiquerez en 4 lignes maximum votre idée d’histoire ;

3) Pour augmenter vos chances d’être choisi(e), vous pourrez inviter un camarade lecteur (ou plusieurs) à partager sur facebook, twitter, Hellocoton ou autres blogs,  un message signalant qu’il vous a invité à lire deshistoirespourvous.wordpress.com. Sur facebook ou twitter de deshistoirespourvous, votre ami écrira  :

« J’ECRIS VOTRE HISTOIRE. Je viens de la part de………….(vous nommerez la personne qui vous a invité(e)) »

ATTENTION VOUS DEVEZ PARTAGER EN CLIQUANT SUR « PUBLIC » et surtout pas en privé ;

4) Votre camarade invité peut lui aussi participer au jeu s’il remplit, lui aussi TOUTES les conditions (commentaire, message facebook, twitter…) ;

5) Je répondrai succinctement à chaque commentaire avant d’annoncer le nom de l’élu.

6) Le texte créé restera la propriété intellectuelle de l’auteur Audrey Degal.

 

CRITERES DE SELECTION :

– orignialité de l’idée de départ et perspectives d’évolution ;

– nombre d’invités qui vous aurez contactés et qui se seront manifestés.

PERIODE DE SELECTION :

début : le 26/05/2014 à 16 heures

fin : le 07/06/2014 à minuit

EXCLUSIONS :

Seront exclu(e)s  :

– tous les suggestions à caractère raciste,  diffamatoire, homophobes, … tout commentaire portant atteintes aux personnes  ou à des catégories sociales…

– toutes les suggestions à caractère sexuel, religieux…

– toutes les suggestions tirées d’histoires déjà publiées (je dégage toute responsabilité si l’on venait à me proposer un début d’histoire déjà existant. Les invités doivent ne fournir que des idées issues de leur propre imagination).

– les noms suggérés qui correspondraient à des patroynmes réels. Seuls les prénoms seront conservés et les noms de famille obligatoirement modifiés par mes soins.

ADHESION AU JEU :

Toute personne proposant un commentaire accepte les conditions (tout ce qui se trouve dans « Règlement à lire obligatoirement) indiquées ci-dessus, accepte aussi que son nom (ou pseudo, selon la façon dont elle s’est fait connaîre) soit révélé pour annoncer qu’elle est la gagnante au jeu  et elle accepte de ne pas se retourner contre l’auteur quel que soit le motif invoqué.

Si la personne n’accepte pas au moins une des parties du REGLEMENT A LIRE OBLIGATOIREMENT, elle s’engage à ne pas participer au jeu.