Des histoires pour vous

SITE OFFICIEL D’AUDREY DEGAL


2 Commentaires

SEVEN SISTERS

Je vous avais promis de publier rapidement la suite de mon histoire à suspens « Paroles de pierre » mais j’ai dû m’emparer de mon clavier pour vous parler du dernier film que je suis allée voir au cinéma. Pourquoi ? Parce que je vous recommande plus que vivement d’aller le voir et que, comme il est déjà à l’affiche depuis un moment, il risque de disparaître des écrans, et vous de le rater. Ce serait vraiment dommag. ! En effet, si la critique ne lui a pas réservé un accueil des plus chaleureux, le public souvent bien plus éclairé que cette dernière, a su reconnaître dans ce thriller de science-fiction un excellent film car c’est le cas.

En résumé, je vous dirais volontiers que j’aurais aimé avoir eu cette idée et en écrire  l’histoire qui est d’une originalité folle. Le film progresse en un crescendo brillamment orchestré et joue parfois avec l’humour, souvent avec le mystère, les fausses pistes… pour atteindre un paroxysme que je n’ai pas su anticipé tant je n’ai pas vu passer les 2 heures dans mon fauteuil. Bravo à Tommy Wirkola pour tant de virtuosité.

Les acteurs, notamment l’actrice principale, Noomi Rapace campe magnifiquement bien les 7 personnages qu’elle joue et pour certains d’entre eux, je me suis demandé s’il ne s’agissait pas de quelqu’un lui ressemblant tant la différence était bluffante (différence quant à la corpulence, le maintien, l’interprétation, le jeu…). J’avais eu l’occasion de la voir jouer dans la célèbre série « Millénium », tirée du livre du même nom (mais les livres sont meilleurs, comme souvent et je vous recommande la lecture de la trilogie !). J’ai pu apprécier son jeu d’actrice car elle est juste, percutante, efficace, sensuelle… Bref elle s’adapte somptueusement aux exigences de son personnage, ce qui n’est pas donné à tous les acteurs. Belle prestation donc. Glenn Close, dans le rôle de la méchante est moins surprenante. Il est vrai que lorsqu’on l’a déjà vue dans « Liaison fatale » (si je ne me trompe pas de titre), on est un peu habitué à ce qu’elle campe ce type de personnage.

L’histoire : 

Dans un futur proche, la Terre est surpeuplée , situation qui oblige les autorités à prendre des dispositions. On autorise un seul enfant par couple. En cas de naissances multiples, les autres enfants sont placés en hibernation dans le but d’être éventuellement réveillés lorsque la vie sera plus propice. Or, une jeune femme accouche de 7 enfants, 7 filles et meurt aussitôt après, confiant sa progéniture à son père qui a anticipé ces naissances multiples en ayant recours à une clinique privée. Il souhaite garder les 7 filles et se propose de les élever. 

Bien entendu leur existence doit rester secrète. Il les éduque et puisqu’elles se ressemblent, il décide de leur octroyer un prénom correspondant aux 7 jours de la semaine. Ainsi, devenues plus grandes, lundi sortira le jour correspondant à son prénom, mardi aussi… ainsi de suite. Mais ce qui arrive à l’une d’entre elle a des répercussions sur toutes les autres. Aussi, quand l’une désobéit et se blesse, perdant un doigt, le grand-père est contraint de mutiler les 6 autres. Décidément, la vie ne leur fait pas de cadeaux !

Le temps passe, le grand-père n’est plus et les jeunes femmes travaillent dans une banque. Chaque soir, elles prennent soin de dévoiler aux autres ce qu’a été leur journée pour éviter toute erreur et palier aux difficultés liées aux multiples contrôles d’identité quotidiens. Seulement voilà : Lundi sort travailler comme d’habitude, rencontre des problèmes avec un de ses collègues au sujet d’une promotion que tous les deux convoitent et le soir-même, elle ne rentre pas chez elle. Pourquoi ? Que lui est-il arrivé ? Comment les 6 autres soeurs vont-elles procéder pour la retrouver et à quoi vont-elles se heurter ? Tout l’intérêt du film réside dans ces questions que je me garde bien d’éclaircir afin de ne pas vous priver du plaisir de voir ce film, ce bijou comme il y en a peu. 

Voilà pour cet article, je vous laisse à présent et je ne vais pas tarder à publier la suite de « Paroles de pierre ». Elle est déjà écrite mais je la corrige inlassablement. 

Pensez aussi à mes livres, notamment le dernier, un thriller policier de 384 pages que vous pouvez commander sur internet ou en librairie, « LA MURAILLE DES ÂMES« , que les lecteurs disent dévorer en à peine 2 jours tant il est prenant ! Merci de votre fidélité et de votre confiance et à très bientôt !

Audrey Degal

Publicités


Poster un commentaire

Millénium, Stieg Larsson

wpid-20151022_153922.jpg

MILLENIUM, de Stieg Larsson

Je me devais de vous parler d’un des piliers de ma bibliothèque, Millénium 1 Les Hommes qui n’aimaient pas les femmes de Stieg Larsson.

En fait le titre ne m’attirait pas vraiment et je pensais au passage de l’an 1999 à 2000 à l’occasion duquel on nous avait rebattu les oreilles avec ce terme « millénium ». 

Ensuite, quelqu’un qui était en train de le lire m’a résumé l’intrigue et je me suis dit « pourquoi pas ». 

J’avoue que les 170 premières pages (et ce n’est pas rien !) d’un livre qui en comporte tout de même 711, j’ai eu envie de fermer le roman. L’avalanche de détails ne m’intéressait guère et l’intrigue par elle-même traînait trop à mon goût. Bien m’a pris de poursuivre ma lecture car quand les péripéties se sont enfin déclenchées et que le mystère est apparu, je n’ai plus lâché le livre, voulant savoir ce qu’il advenait. Ensuite, tel un ogre, je l’ai dévoré, courant rapidement chez le libraire du coin pour acheter les suites déjà parues, soient les tomes 2 et 3 qui ont d’autres titres  : Millénium 2, La Fille qui rêvait d’un bison d’essence et d’une allumette et Millénium 3, La Reine dans le palais des courant d’air.

Je ne vous cache pas que l’oeuvre existe en film, lequel s’il m’a tout de même intéressée, souffre de suppressions malvenues (par exemple le lien entre Mickael et Erika…) et de portraits des personnages principaux trop édulcorés. Bref, le film est bien plat par rapport au roman qui comporte davantage de rebondissements, d’analyse, de questions.

Brièvement : dans le tome 1, le héros, le journaliste Mickael Blomkvist est en voie de perdre un procès contre un redoutable homme d’affaires. Il reçoit une proposition d’enquête de la part d’un homme puissant (VANGER), proposition qu’il accepte avec la promesse de révélations qui l’aideront dans son procès. Parallèlement on découvre une jeune fille étrange, Lisbeth Salander dont on comprend qu’elle est d’une redoutable intelligence même si c’est une marginale. C’est grâce à elle qu’il élucidera l’affaire Vanger. Il fera perdre la face à ses accusateurs lors de son procès… Sur fond d’enquête minutieuse, d’énigmes, de dangers, l’histoire évolue vers un dénouement redoutable.

Dans le tome 2, devenue riche grâce à son seul QI,  Lisbeth a disparu. L’auteur nous surprend tout d’abord en nous plongeant dans l’univers sordide de l’enfance de Lisbeth, internée malgré elle et soumise à la folie du médecin psychiatre qui la soigne (enfin soigner est un grand mot). Elle est sous tutelle depuis sa sortie d’internat et doit rendre des comptes à un homme peu scrupuleux. Pourquoi ce titre me direz-vous ? Parce que Lisabeth a la personnalité bien trempée a voulu immoler son père par le feu car celui-ci faisait souffrir sa mère. Lisbeth n’hésite pas à passer à l’acte. Contrainte de se défendre contre tous depuis l’enfance, elle est redoutable sans être Tomb Raider non plus ! Le lecteur est emporté dans un meurtre que la police impute à Lisbeth pourtant innocente et on découvre un trafic de filles venues de l’Est. Le journaliste voulait faire surgir tout ceci à la une. Bien entendu il en sera empêché. Le rythme de ce second volume est effréné (bravo Stieg Larsson !). On ne se lasse pas une seule seconde. 653 pages… oui, vous avez bien lu mais 1) c’est écrit gros et 2) on ne les sent pas passer. Attendez-vous à ce que votre conjoint ou conjointe vous demande d’éteindre la lumière parce qu’il veut dormir tandis que vous voulez avancer dans l’histoire. Lisbeth menacée par un père défiguré et abject, par un frère ignoble insensible à la douleur voit sa vie basculer. On lui tire dessus et on l’enterre… oui, oui, on l’enterre !

Dans le tome 3, rassurez-vous elle n’est pas morte (7 vies comme les chats !) mais elle est coincée dans une hôpital comme son père qu’elle a encore voulu tuer, grièvement blessée et surtout avec en ligne de mire un redoutable procès qui l’attend.  Ses amis, dont le journaliste Mickael vont l’aider bien qu’elle soit une solitaire. Des secrets d’Etat jaillissent, des personnalités sont incriminées, la lutte sera rude pour balayer et faire disparaître les être malfaisants que Stieg Larsson a savamment imaginés.

Quant à Millénium 4 écrit par un autre auteur… je ne m’y suis pas encore aventurée.

Comme d’habitude, je ne vous révèle pas la fin, ce serait comme un bouquet offert fâné, mais je vous recommande cette lecture envoûtante et excellemment menée par son auteur disparu brutalement avant même de voir ce chef-d’oeuvre édité !

Excellente lecture !

On pense à s’abonner et bientôt :

  • la suite du « Royaume sans escale »,
  • la fin de l’histoire de « Raoul de Cambrai » (littérature médiévale) (je l’avais un peu abandonnée… pardonnez-moi !),
  • une nouvelle histoire courte va débuter et…
  • je mettrai en ligne le concours dont je vous ai parlé avec à la clé un de mes livres à gagner.
  • « Elle est pas belle la vie ! »