Des histoires pour vous

SITE OFFICIEL D’AUDREY DEGAL


Poster un commentaire

LE CERCLE, Minier

Bonsoir à toutes et à tous, 

J’ai beaucoup lu, j’ai énormément lu pendant le confinement mais j’ai aussi eu un travail colossal pour adapter ma pédagogie à mes élèves alors qu’ils n’étaient plus face à moi. Alors, je n’ai pas pris et pas eu le temps de vous livrer mes impressions de lectures. Je me rattrape un peu aujourd’hui. 

L’un des derniers romans parcourus est « Ne le dis à personne », d’Harlan Coben, sur lequel je ne m’étendrai pas. J’ai eu du mal en entrer dans le livre (beaucoup de personnages, impression de confusion…) même si le mystère perce rapidement les premières pages. Peut-être ai-je eu cette impression parce qu’il s’agit d’une traduction. Je ne sais pas. Au bout d’un moment, poussée par l’irrésistible désir de savoir qui et pourquoi autour d’un mystère bien imaginé, je me suis laissée prendre par l’intrigue . Je n’ai pas accroché à tous les chapitres mais j’ai éprouvé l’impérieuse curiosité de découvrir la fin, laquelle est séduisante même si je me doutais que le dénouement serait celui-ci. 

Ensuite, j’ai lu « Le Cercle » de Bernard Minier. Le premier chapitre ouvre la porte à bien des questions qui vous poussent dans la lecture, même si à la fin je n’ai pas vraiment compris pourquoi l’auteur a placé cette digression initiale, certes en lien avec l’intrigue principale et alléchante en termes d’interrogations, mais que j’ai trouvée un peu artificielle. Ceci mis à part, le roman m’a accaparée, le suspense et l’enquête sont savamment distillés et l’on suit Servaz, le policier, pas à pas, en lecteurs passionnés. C’est le premier roman que je lisais de Minier, j’ai ensuite acheté tous les autres pour les lire aussi, tant j’ai été séduite par des récits bien conçus, aiguisés, affutés, riches en rebondissements. Certes, en tant que professeure de lettres je reste perplexe quant à l’emploi fréquent de subordonnées dépourvues de propositions principales pour les emmener, mais si c’est le choix de l’auteur qui y voit une autre façon de s’exprimer et de dynamiser son texte, pourquoi pas ! Peut-être est-ce aussi dû à des choix éditoriaux et dans ce cas, c’est dommage pour la langue française.

Le crime initial qui lance l’histoire est divinement imaginé et le lecteur s’interroge quant à la mise en scène macabre qu’il découvre (corps retrouvé dans une baignoire, ligoté avec une lampe dans la bouche). Original et en aucun cas gratuit de la part de Bernard Minier puisque lorsque l’explication surgit, elle est d’une logique implacable. La progression de l’intrigue vous emporte irrésistiblement, vous fait douter et vous dirige vers une fin dense et prodigieuse. 

Je ne vous raconterai pas l’histoire, vous trouverez des résumés de partout sur le net. En revanche, je vous livre ici mon avis, mes impressions, lesquelles vous guideront peut-être pour choisir vos prochaines lectures. 

En définitive, j’ai apprécié la plume de l’auteur et le récit vraiment palpitant, si bien que je lis en ce moment, du même auteur « Glacé ». 

Sinon, si vous êtes en manque d’inspiration dans le choix de vos lectures, songez à mes 4 romans déjà publiés (voir en page d’accueil ou cliquez dans l’onglet « mes romans ») d’autant que le 5e sort d’ici fin décembre. Je n’ai pas la chance d’être une auteure célèbre mais songez que plus de 800 personnes me suivent et que mes romans n’en sont pas moins intéressants que ceux des célébrités. Ils ne bénéficient tout simplement pas de la visibilité médiatique des auteurs connus. 

Rendez-vous très bientôt pour la suite de l’histoire « PIRE QUE LA MORT ! » 

Merci de votre fidélité, bonnes lectures, 

AUDREY DEGAL